Amadou Bourou, la folie en héritage

Pendant la journée d’hommage à Amadou Bourou (14 novembre 1951 - 8 janvier 2010) ce 23 octobre 2014 à Ouagadougou, la compagnie Feeren a présenté le spectacle “Sarzan”, une mise en scène de l’illustre disparu.

On croyait presque voir jouer sur scène, la vie et les combats du comédien, cinéaste et metteur en scène burkinabé, Amadou Bourou. D’abord, la mise en scène. Même si le spectacle créé par Amadou Bourou en 1994 a été retouché par ses « héritiers », c’est bien l’illustre disparu qui signe la mise en scène.

Et certaines de ces instructions en ce qui concerne la direction d’acteurs sont restées. D’ailleurs, ce sont les acteurs originels, Seydou Boro et Alain Héma, mis en scène par Amadou Bourou qui ont acceptévolontiersde remonter sur les planches pour cet hommage.

Ensuite, le texte. Tiré d’une œuvre de Birago Diop, Sarzan raconte l’histoire et les déboires d’un tirailleur de retour dans son village natal. Sergent, Sarzan Kéita a fait le Soudan français, le Sénégal, le Maroc, la France, le Liban, la Syrie.

De retour à Dougouba, son village, et animé d’une fougue à faire évoluer sa société vers la modernité, il a entrepris de détruire les fétiches et autres mânes de ses ancêtres, se heurtant ainsi à la tradition. Il bascule dans un délire sans fin, et devient Sarzan-le-fou.

S’il n’était pas tirailleur, Amadou Bourou a bien été pris pour un fou ; lui qui, de retour en 1989 de la France où il avait étudié le Théâtre, décide de se consacrer entièrement à cette passion qui l’avait détourné de ses études de Lettres modernes à Paris VIII alors qu’il était en année de D.E.A.

« A mon retour de la France, j’ai retrouvé des amis, à plusieurs niveaux de l’administration, qui me demandent ce que je fais. Je leur réponds que je fais du théâtre. Et au fil de nos discussions, on me dit ceci : « Tu fais quoi d’autre ?». Je rétorque « toujours du théâtre » . Cela a duré des années. A peine, si ces gens ne veulent pas te prendre pour un fou. C’est au fil du temps que certains ont compris », confiait,en mars 2008, Amadou Bourou, « lors d’échanges fortuits » avec le journaliste et critique de cinéma Cyr Payim Ouédraogo.

Comme Sarzan qui ambitionnait changer l’ordre établi par la tradition, Amadou Bourourêvait de professionnaliser le théâtre burkinabé. Un choix qu’il assumera jusqu’au bout.Une folie que recevront en héritage ses disciples  qui perpétuent aujourd’hui son œuvre. C’est d’ailleurs tout le sens que revêt cet hommage initié par la compagnie Feeren qu’il a créé en 1990 pour matérialiser cet engagement en faveur du théâtre.

Unanime hommage donc pour Amadou Bourouqui, tout au long de sa carrière aura montré que le chemin du succès passe par un grain de folie. Odile Sankara, Seydou Boro, feu Bienvenu Bonkian ou encore HamadoTiemtoré, quelques-uns de ses anciens collaborateurs ne penseront certainement pas le contraire.

Eustache Agboton(Bénin)

Tags: , ,

25/10/2014 Non classé

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

 

décembre 2018
L Ma Me J V S D
« oct    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Découvrez notre galerie photo 3D du
Festival du Théâtre des Réalités de Bamako

Catégories

RSS À propos du Festival des Récréâtrales

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.