EDITO:Quelle critique pour un théâtre en crise ?

Disons-nous la vérité tout de suite : le théâtre en Afrique est mal barré ! Tout d’abord, le public désaffecte les salles de spectacle et un genre embrigadé par une forme appelée abusivement théâtre contemporain, trop éthéré, manquant de liant avec les préoccupations des couches populaires, confisqué pour les classes dominantes. Snobisme.

Ensuite, le développement de la science, de la technique et de la technologie, jette le dévolu des populations sur d’autres sources de loisirs dynamiques mais combien très peu instructifs. La télé, la vidéo, les téléphones portables et Internet détournent le public du chemin des salles de spectacle.

Enfin, le déficit de médiatisation de l’information prescriptive concernant les spectacles de théâtre, chronique une mort annoncée du théâtre, sans compter que les journalistes ont tendance à verser dans la flatterie au lieu de juger de la pertinence d’une représentation théâtrale.

Or, contrairement à la lecture, exercice solitaire et un tantinet rébarbatif, et au cinéma trop cher à réaliser, le théâtre est le genre culturel par excellence pour convoquer les maux de la société, susciter les conflits et panser les blessures. Face à une société en perdition, sous l’emprise des puissances ploutocrates qui satisfont leur égoïsme sur la misère collective, il importe que le théâtre ait un rôle à jouer.

D’où l’importance de sa médiatisation et de la critique. Si jusqu’à présent, la critique, journalistique, se complait dans sa fonction incitative et dissuasive de suivre l’actualité et de signaler quels spectacles on peut/devrait aller voir, elle se doit d’aller un peu plus loin en portant un regard sans concession sur l’art théâtral.

Dans un monde meublé de TIC, où le coût de l’édition est presque nul avec les blogs et les journaux en ligne, la critique, affranchie de tout intérêt financier, devrait garantir la prise de risque et l’expression libre et vraie de l’opinion. Le public pourra alors se fier à la critique parce qu’il sait qu’elle n’a pas intérêt à lui raconter d’histoires.

Tony FEDA (Togo)

25/10/2014 Non classé

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

 

avril 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  
Découvrez notre galerie photo 3D du
Festival du Théâtre des Réalités de Bamako

Catégories

RSS À propos du Festival des Récréâtrales

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.