Théâtre: La fièvre du coltan instable

Les comédiens sortant du container

Les comédiens sortant du container

Cette pièce de théâtre écrite à plusieurs mains et jouée par quatre comédiens africains et européens traduit l’urgence de réduire les conséquences liées au trafic du cobalt. Cependant la première de ce spectacle n’a pas été aussi retentissante comme on l’aurait voulu.

Lorsque quelques minutes avant l’entame de la représentation, Etienne Minoungou, directeur des Récréâtrales annonçait que cette pièce est une collaboration entre artistes africains et européens, le public, sûr d’assister dans l’heure qui suit à une œuvre majeure, ne se faisait pas prier pour éteindre ses portables et prêta toute son attention à la scène.

Container du récit

Si l’on s’en tient au titre La fièvre du coltan, cette pièce théâtrale présageait une tension, une montée de température. Tout d’abord, le sujet à lui seul suffit : le coltan, minerai noir ou brun-rouge indispensable composant de nos bijoux technologiques, dont le trafic en République démocratique du Congo alimente également des conflits armés dans la région des Grands Lacs depuis la fin des années 1990. Dans la pièce, métaphoriquement, l’histoire tragique de cette partie d’Afrique centrale est charriée par un container. Ce caisson métallique utilisé dans le transport maritime et terrestre traduit l’effort de proximité du collectif d’artistes. Cette caisse est destinée au transport du minerai, mais aussi des armes, et pourquoi pas des fameux portables ; elle est aussi à l’origine de l’exploitation des enfants dans les mines, des enfants-soldats, et de toutes les horreurs de la guerre dans les Grands Lacs.

Sur des vagues agitées

La marionnette du spectacle

La marionnette du spectacle

Cette résidence collective, encore inachevée, a produit un théâtre où se rencontrent la vidéo, la musique et la marionnette. La vidéo sur la superpuissance du coltan défilait sur une musique assez forte et faisait un fort effet. Cependant le jeu des comédiens tantôt avec le public, tantôt avec le texte donnait un rythme à la pièce où le spectateur ne se retrouvait pas toujours. Ce dernier est partagé entre le sentiment de suivre par moments un sketch de sensibilisation sur le fléau du coltan quand les comédiens reviennent pour expliquer dans un langage plus prosaïque une scène que le public était sensé comprendre. La curiosité, qui peut être aussi une force pour le spectacle, c’est qu’il commence par une invitation stridente d’un personnage et finit par un renvoi agacé du même individu. Est-ce un désir urgent d’évoquer le sujet du cobalt en proie au trafic d’enfants, à la violence et/ou un sujet frustrant qui suscite du rejet, du dégoût ? C’est ainsi que le public est reparti avec des points d’interrogation sautillant dans la tête.

Hortense Atifufu (Togo/Burkina)

Tags: , ,

30/10/2014 Non classé

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

 

septembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Découvrez notre galerie photo 3D du
Festival du Théâtre des Réalités de Bamako

Catégories

RSS À propos du Festival des Récréâtrales

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.