Nicolas Lambert ne jouera pas sa pièce dans les Centres culturels français

Par Fatou Kiné SENE

“Elf, la pompe Afrique” charge le système français. En réponse à cet engagement du comédien Nicolas Lambert, la pièce n’est pas soutenue par les autorités de l’Hexagone. La révélation en a été faite par l’auteur vendredi 21 novembre, à la fin de la représentation. C’est pourquoi, a-t-il affirmé devant le public venu assister à sa prestation au Centre culturel Blaise Senghor, “la pièce ne sera pas joué dans les Centres culturels français en Afrique”.

Le fait que le comédien joue successivement tous les personnages de la pièce s’explique, selon lui, par les moyens limités à sa disposition. “S’il y avait d’autres comédiens, il serait difficile pour moi de les faire voyager, de les prendre en charge…”, regrette Nicolas Lambert. Les représentations qui ont actuellement lieu au Sénégal sont rendues possibles grâce à la Caravane des Réalités, initiée dans le cadre du Festival “Théâtre des Réalités” de Bamako, dont la neuvième édition est prévue du 1er au 7 décembre 2008.

Après plus de trois cents prestations en Europe, “Elf, la pompe Afrique” n’a été jouée, en Afrique, qu’au Bénin et au Sénégal. Le Mali sera le troisième pays du continent à l’accueillir. Le spectacle incrimine aussi bien la France que l’Afrique, à travers ses chefs d’État. “On n’a pas besoin d’être en Afrique pour être choqué par les lois criminelles et le traitement inhumain subis pas les Africains qui empruntent les pirogues”, dénonce le comédien.

(Article écrit par Fatou Kiné Sene pour le quotidien sénégalais Wal Fadjri et édité par Cultur1 pour Cultur’Afrique.)

Tags: , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

 

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Découvrez notre galerie photo 3D du
Festival du Théâtre des Réalités de Bamako

Catégories

RSS À propos du Festival des Récréâtrales

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.