burkina faso

Inauguration de la plateforme Festival Récréâtrales 2010

C’est parti pour les Récréâtrales 2010! Pendant près de deux semaines, Ouagadougou devient la capitale du théâtre africain à l’occasion de la plateforme festival Récréâtrales, dont l’inauguration a eu lieu jeudi 4 novembre. 

Par Serge Adam’s Diakité
(04′44”)

ouverture1

Tags: , , , ,

Ambiance de carnaval aux Récréâtrales 2010

Par Assane Koné

Ici, quatre cavaliers en mouvement. Là, deux marionnettes géantes et deux échassiers. Avec, autour d’eux, le public immense, debout, en mouvement, hilare, curieux, entraîné par la fanfare de la garde nationale du Burkina Faso… En cet après-midi du 4 novembre 2010, le quartier Gounghin, à Ouagadougou (Burkina Faso), vit au rythme de la cérémonie de lancement de la 6e édition de la plateforme festival des Récréâtrales (Résistances panafricaines d’Écriture, de Création et de Recherche Théâtrale). Ici, pas de discours ni de protocole. “Avec 14 représentations théâtrales en “in” et 7 en “off”, nous avons estimé qu’il y aurait suffisamment de discours pour ne pas ennuyer nos invités avec d’autres discours pendant la cérémonie d’ouverture”, justifie Etienne Minoungou, directeur général des Récréâtrales, pour qui “le discours de l’artiste se donne dans sa prestation sur scène”. › Lire la suite

Tags: , , , ,

Libre comme Niangouna

Par Médard Gandonou

“SPR” est la dernière création théâtrale de l’auteur et metteur en scène congolais Dieudonné Niangouna. La plateforme du Festival des Récréâtrales, qui s’est ouvert jeudi 4 novembre 2010 à Ouagadougou, a été l’occasion pour cet artiste de confirmer toute la liberté d’expression artistique qui le caractérise.

Un coup de sifflet. Une lumière qui illumine la scène comme un soleil levant. Une foule d’acteurs envahit la scène. Ballon, sceaux, bouteille, balai à tiges dans la main des uns; projets, ambitions et stratagèmes en gestation dans la tête des autres. La journée débute dans ce décor matinal. “Le théâtre commence quand on se lève le matin”, disait l’auteur russe Stanislavsky. Une définition que s’est appropriée l’auteur et metteur en scène Dieudonné Niangouna, et qui prend tout son sens dans la pièce SPR.

› Lire la suite

Tags: , , ,

Communiqué de presse du Fitmo / FAB

La direction du Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou / Festival des arts du Burkina (Fitmo / FAB) informe les artistes, les partenaires et tous les amis de la culture de ce qui suit :

1) La 12e édition du Fitmo / FAB, initialement prévue pour se tenir du 24 octobre au 14 novembre 2009, ne se tiendra pas à ces dates.

2) La 12e édition, qui se veut un festival de l’intégration sous-régionale, se déroulera sur trois semaines au Burkina, au Mali et au Niger.

3) Les nouvelles dates de la 12e édition du Fitmo / FAB sont les suivantes :

Burkina (Ouagadougou + villes décentralisées) : du 04 au 10 février 2010

Mali (Bamako + villes décentralisées) : du 12 au 17 février 2010

Niger (Niamey + villes décentralisées) : du 20 au 25 février 2010.

Une conférence de presse prévue fin novembre 2009 donnera des précisions sur la philosophie et les programmes de cette 12e édition du Fitmo / FAB.

Pour toute information : tél.: (00) +226 50 36 59 42

E-mail : culturedequartier@yahoo.fr

Avec le Fitmo / FAB, l’art et les artistes construisent l’intégration des peuples d’Afrique !

La Direction

Pr. Jean-Pierre GUINGANE

Tags: , , , , ,

“Dialogues de corps” : c’est parti pour la VIIe édition

Les VIIe rencontres chorégraphiques de Ouagadougou, “Dialogues de corps”, se tiennent du 8 au 20 décembre 2008. La cérémonie officielle d’ouverture a eu lieu le samedi 13 décembre 2008.

Plusieurs compagnies venues d’Europe et d’Afrique se rencontrent à Ouagadougou pour les VIIe rencontres chorégraphiques “Dialogues de corps”. La cérémonie d’ouverture a eu lieu le jeudi 13 décembre 2008 à Ouagadougou. Elle a été marquée par un spectacle déambulatoire pendant lequel les chorégraphes ont improvisé des thèmes relatifs à l’éducation, la paix, la peur, la joie, la solidarité, etc. Ils ont été soutenus dans leur création spontanée, rythmée quelquefois au son du tam-tam et du balafon, par la compagnie Salia ni Seydou. La troupe Yofié de Bérégadougou, au son du balafon, a proposé un spectacle de danse au public présent pour l’occasion. Celle venue de Toma, To-Dan, a également apporté sa partition à cette cérémonie d’ouverture. Dès le 8 décembre, les participants ont pris part à un stage assuré par le chorégraphe français, Mark Tompkins. Les stagiaires ont présenté le fruit de cinq jour, de travail…

(Lire la suite sur LeFaso.net)

Tags: , , , , , , , , ,

Rencontre avec Hassane Kassi Kouyaté

Né au Burkina Faso, Hassane Kassi Kouyaté est l’initiateur et le directeur artistique de la compagnie Deux Temps Trois Mouvements, basée à Paris. Nous l’avons rencontré à Bamako à l’occasion du Festival “Théâtre des Réalités”. Il revient pour nous sur son parcours et évoque ses projets…

Portrait réalisé par Bamadou Sanogo
Montage et mixage: Mohamed Lamine Sawadogo
(2’33”)

Portrait_Kouyate_Bamadou_Sanogo.mp3

Tags: , , , , , , , ,

Le théâtre d’intervention sociale en Afrique

Par Dieudonné Korolakina

À l’opposé du théâtre dit d’auteur, beaucoup de compagnies en Afrique signent des satires sociales incisives et populaires, puisant leur inspiration dans le quotidien des spectateurs…

Augusto Boal

Augusto Boal

En initiant, dans les années 1960, un théâtre populaire, contestataire et social qu’il théorisera dans son livre Le Théâtre de l’opprimé (1971), le dramaturge et metteur en scène brésilien Augusto Boal ne se doutait sans doute pas qu’il ouvrait la voie à un genre théâtral à part entière, qui emprunterait moult  vocables selon les pays et les praticiens qui se l’approprieraient: “théâtre débat”, “théâtre utile”, “théâtre forum”…

Au Mali, l’un des berceaux du genre, cette pratique est connue sous le nom de “théâtre d’intervention sociale”. Figure de proue de ce genre théâtral, la compagnie Nyogolon a été créée dans la seconde moitié des années 1980 par Philippe Dechet, alors enseignant à l’Institut national des arts de Bamako. Cette troupe préfère d’ailleurs l’appellation “théâtre utile” pour rendre compte de son travail de sensibilisation qui privilégie l’aire des places publiques, des marchés, des villages et autres lieux ouverts. Les sujets évoqués par les pièces touchent directement aux réalités sociales: planning familial, accès à l’eau potable, hydraulique villageoise, scolarisation des jeunes filles, sida, protection de l’environnement… › Lire la suite

Tags: , , , , , , ,

Un pan de l’histoire sahélienne

Odyssée musicale et chorégraphie équestre, la pièce d’ouverture de la neuvième édition du festival “Théâtre des Réalités” restitue une légende : l’origine des peuples du Sahel…

Par Fatou Kiné Sene

Dans La Geste des Étalons, le metteur en scène Luis Marquès montre de fort belle manière un pan mythique de l’histoire d’une partie de l’Afrique. Le spectacle raconte ainsi la rencontre entre deux peuples: celui du Sud, sédentaire, établi sur les terres rouges et fertile convoitées par ses voisins du Nord. Le premier est gouverné par l’empereur mossi. Le second, par un roi nomade. Sur la berge du fleuve Niger - le “Djoliba” -, treize chevaux, une ânesse et autant de cavaliers content l’histoire.

Le récit plonge le public dans le passé des contrées du Sahel. En quête d’un territoire prospère, loin de la famine et des tempêtes de sable, le roi nomade pénètre un jour sur les terres de l’empereur mossi. S’ensuit un rude combat entre nomades et guerriers mossi. Le champ de bataille est un décor simple: un pré clôturé par une corde. Au bord du fleuve, la scène devient hippodrome, incitant le spectateur à voyager dans l’imaginaire. › Lire la suite

Tags: , , , , , ,

Ambiance de ranch au bord du Djoliba

“Un appel à la liberté, à la fraternité et à la tolérance”

Lundi 1er décembre, sur la berge du Palais de la Culture de Bamako, “La Geste des Étalons” marquait l’ouverture du neuvième Festival “Théâtre des Réalités”. Bien que le spectacle fût gratuit, certains spectateurs ont préféré le suivre depuis le pont surplombant le site…

Par David Sanon
Photo: Balkissa Maiga

Lundi soir 1er décembre, une cinquantaine de motocyclistes sont restés scotchés sur le Pont des Martyrs, les yeux rivés sur les berges tapissées de gazon vert du fleuve Niger, communément appelé Djoliba. En contrebas, une dizaine de cavaliers paradait dans une arène improvisée, accompagnés par un saxophone, un djembé, un taman et une guitare électrique. Depuis leur perchoir, ces Bamakois ont vécu, sans le savoir pour certains d’entre eux, le spectacle d’ouverture de la 9e édition du Festival “Théâtre des Réalités”: La Geste des Étalons, de Luis Marquès et Amadou Bourou (co-production de l’association L’Œil du Cyclone et de l’Écurie du Cheval mandingue). › Lire la suite

Tags: , , , , , ,

 

juillet 2020
L Ma Me J V S D
« oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Découvrez notre galerie photo 3D du
Festival du Théâtre des Réalités de Bamako

Dorcy Rugamba (“Bloody Niggers!”)Younouss Diallo (“Bloody Niggers!”)“Bloody Niggers!” (Dorcy Rugamba)“Bloody Niggers!” (Younouss DIallo)“Bloody Niggers!”“Bloody Niggers!” “Bloody Niggers!”L'entrée des Quartiers d'Orange“Caterpillar”

Catégories

RSS À propos du Festival des Récréâtrales

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.