caravane des réalités

“Elf, la pompe Afrique” (extrait vidéo)

Cultur’Afrique a déjà consacré plusieurs articles à la pièce du Français Nicolas Lambert, Elf, la pompe Afrique, qui a donné lieu à une représentation aux Quartiers d’Orange, à Bamako, après avoir tourné au Sénégal puis au Mali dans le cadre de la Caravane des Réalités. Nous vous en proposons aujourd’hui un extrait vidéo diffusé sur la chaîne française indépendante Zaléa TV lors de la “Nuit contre la Francafrique”

http://www.dailymotion.com/videox2sss7

Tags: , , , , , , ,

Rencontre avec Adama Traoré

À la veille de la clôture de la neuvième édition du Festival “Théâtre des Réalités”, CulturAfrique a reçu le fondateur de ce rendez-vous désormais biennal. Homme de théâtre, citoyen engagé, le Malien Adama Traoré ne s’embarrasse pas de langue de bois: aux côtés du comédien et metteur en scène burkinabè Ildevert Méda, lors d’une émission de radio enregistrée samedi 6 décembre dans les conditions du direct, il tire le bilan de ce festival inauguré en 1996, évoque les difficultés rencontrées pour faire financer les spectacles culturels en Afrique, analyse combien le rôle des médias est important pour permettre aux créateurs africains de trouver leur public…

Émission animée par Hortense Atifufu
Réalisation: Mohamed Lamine Sawadogo
(72’15”)

Emission_Traore_Meda.mp3

Tags: , , , , , , , , , , ,

Atteindre l’autre rive

Par Dieudonné Korolakina

Dans la pièce “Le Clan du destin”, la compagnie sénégalaise Les Gueules Tapées relate le rêve ubuesque de jeunes aventuriers africains coincés sur une plage, attendant, impuissants, le salut de la traversée.

Mêlée aux brouillards de l’harmattan et du trafic polluant de la fin d’après-midi, la poussière de Bamako se dissipe. Sur la scène des Quartiers d’Orange - petit théâtre très sympathique, sis sur les hauteurs de la capitale malienne, à proximité de la zone industrielle - la compagnie des Gueules Tapées, venue du Sénégal, présente au public du Festival “Théâtre des Réalités” une adaptation de trois textes écrits par Salim Jay, Tahar Benjelloun et Fatou Diome: Tu ne traverseras pas le détroit, La Réclusion solitaire et Le Ventre de l’Atlantique. Ces trois textes portent en eux la force du rêve: atteindre l’autre rive, cet ailleurs inaccessible.

La mise en scène de Macodou Mbengue est plaisante et accessible. La pièce débute dans une obscurité envahissante. On soupçonne des présences humaines. De vagues silhouettes diffusent des éclairs fugaces de lumière, trouant le noir par intermittences. Sur la scène et dans la salle, des personnages émettent comme des cris de détresse. Surgit une mélopée, tandis que deux projecteurs latéraux balaient la scène. › Lire la suite

Tags: , , , , , , ,

En harmonie

Par Fatou Kiné Sène

À Bamako, à l’occasion du Festival “Théâtre des réalités”, le chanteur et guitariste sénégalais Seydina Insa Wade rythme les “suspensions d’audience” dans la pièce “Elf, la pompe Afrique”, de Nicolas Lambert. L’ancien contrebassiste de Rio Sextet est aussi acteur et auteur de musiques de films. Entre ces trois passions, qu’il exerce à Paris, le guitariste ne voit qu’une harmonie de l’art.

Aux Quartiers d'Orange, à Bamako, lors d'une “interruption d'audience” de la pièce de Nicolas Lambert.

En 1966, au Festival des Arts de Dakar, Seydina Insa Wade avait imposé un style controversé: le folk chanté en wolof. Depuis, il a fait voyager ses sonorités acoustiques sur la scène musicale mondiale. Dans le cadre de la Caravane des Réalités et du festival de théâtre éponyme, qui se tient à Bamako du 1er au 7 décembre 2008, l’ancien chanteur-guitariste du groupe Xalam épaule le comédien Nicolas Lambert dans le cadre de la pièce Elf, la pompe Afrique. Guitare en bandoulière, son éternel chapeau noir vissé sur la tête le musicien sénégalais joue sur scène lors des suspensions d’audience.

À travers ses notes de folk, il dénonce en wolof les relations biaisées entre la France et l’Afrique. Dans cette pièce engagée il instruit en musique le procès de la société pétrolière française, qui pompe l’or noir africain comme le moustique aspire le sang. Elf, la pompe Afrique, c’est, pour Seydina Insa Wade, la “bombe Africa”: “C’est une bombe pour le continent qui a débuté avec le Général de Gaulle, s’est poursuivie sous François Mitterrand et continue actuellement avec Nicolas Sarkozy”, constate-t-il. › Lire la suite

Tags: , , , , , , , , , , ,

L’acte de foi d’un comédien engagé

Par Sessi Tonoukuin

En première à Bamako, la pièce Elf, la pompe d’Afrique a été jouée mercredi 3 décembre sur les planches des Quartiers d’Orange. Ce procès de la politique néocolonialiste de la France en Afrique (la “Françafrique”), dont les textes sont tirés des propos réellement tenus en 2003 devant le tribunal parisien chargé de juger les principaux responsables de la firme pétrolière, a été mis en scène par le Français Nicolas Lambert. Une expression du théâtre documentaire sur fond d’or noir…

Le décor est simple. Un baril qui sert de pupitre au juge, au milieu d’une scène circulaire avec un présentoir de cartable. Trois portraits en couleur des présidents français De Gaulle, Mitterrand et Chirac, accrochés à un poteau noir et surmontés par une balance sur le côté jardin. Un comédien qui entre successivement dans la peau de cinq personnages. Voici l’arsenal scénographique choisi par Nicolas Lambert pour instruire à charge, condamner et enfin dénoncer la politique de domination indirecte de la France sur ses anciennes colonies d’Afrique. “Elf a été créé pour maintenir l’Algérie et les rois nègres dans l’orbite française par le biais du pétrole. Avec les Algériens, ça a capoté. Avec les rois nègres, ça se poursuit”, explique au tribunal, sans le moindre état d’âme, Loïk Le Floch-Prigent, président d’Elf de 1989 à 1993. › Lire la suite

Tags: , , , , , ,

L’improbable traversée de la Méditerranée

Par Tony Kwami Feda
Photos: Dieudonné Korolakina

L’actualité tragique des migrants subsahariens traversant la Méditerranée à n’importe quel prix afin de rejoindre l’Europe a été portée sur la scène, hier soir, aux Quartiers d’Orange de Bamako, dans Le Clan du destin

Scène nue et étendue comme un désert, illustrant la désespérance. Bruits de mer en fond sonore, symbolisant l’envie de prendre le large. Trois jeunes gens, sac en bandoulière, semblant tout droit sortis d’un film de desperados surgissent sur la scène pour mener l’action de leur vie. La scène n’est pas courante, mais les journaux télévisés bruissent, ces derniers temps, des péripéties de ces hordes humaines traversant le Sahara pour braver, au péril de leur vie, les eaux de la Méditerranée.

L’immigration clandestine des jeunes Africains était portée, hier soir 3 décembre, sur la scène des Quartiers d’Orange par la troupe sénégalaise des Gueules Tapées. Le Clan du destin est une pièce écrite et mise en scène par le Sénégalais Macodou Mbengue. Fuyant la misère des pays du Sud en quête d’une vie meilleure, deux jeunes hommes et une jeune fille sortent du désert pour rejoindre la rive opposée de la Méditerranée, supposée être un eldorado. En l’absence du passeur, introuvable, ils passent des heures interminables à se raconter leur vie. Deux personnages font obstacle à leur projet: un garde-frontière et un prêtre traînant un cercueil. Ce prêtre est envoyé là par des villageois désireux de retrouver le corps de leur fils, mort dans l’aventure. À l’évidence, le cercueil est la métaphore des frêles embarcations qui n’arriveront jamais à bon port. › Lire la suite

Tags: , , , , , ,

 

septembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Découvrez notre galerie photo 3D du
Festival du Théâtre des Réalités de Bamako

Dorcy Rugamba (“Bloody Niggers!”)Younouss Diallo (“Bloody Niggers!”)“Bloody Niggers!” (Dorcy Rugamba)“Bloody Niggers!” (Younouss DIallo)“Bloody Niggers!”“Bloody Niggers!” “Bloody Niggers!”L'entrée des Quartiers d'Orange“Caterpillar”

Catégories

RSS À propos du Festival des Récréâtrales

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.