Haïti

Entretien avec Daniel Marcelin, dramaturge et comédien haïtien

Propos recueillis à Ouagadougou par Gilles Arsène Tchedji

Le dramaturge et comédien haïtien Daniel Marcelin présentera sa pièce Ayiti lors du prochain Fesman, qui se tiendra du 10 au 30 décembre prochain à Dakar. Dans cet entretien à bâtons rompus, il revient sur le sens de sa participation à ce festival, magnifie le geste d’ouverture du Sénégal, qui a accueilli de jeunes étudiants haïtiens, et dénonce la responsabilité des dirigeants haïtiens dans les malheurs qui s’abattent sur la “perle des Antilles”…

Votre dernière pièce théâtrale, Ayiti, qui a été bien accueillie en Europe, est très attendue lors du prochain Festival mondial des arts nègres, à Dakar. Pouvez-vous nous en donner un avant-goût?

Cette pièce raconte l’histoire d’Haïti à travers le récit d’un Haïtien qui se retrouve bloqué dans un aéroport et qui fait défiler, à travers les gens qui passent, toute l’histoire de son pays. Il s’interroge notamment sur les raisons qui font qu’Haïti, première République noire au monde, soit aujourd’hui l’un des pays les plus pauvres du monde. Comment se fait-il qu’Haïti, qu’on appelait au XIXe siècle “la perle des Antilles”, soit devenu l’un des pays les plus inégalitaires au monde. Et en se posant cette série de questions, notre homme se retourne sur le passé de son île pour situer d’où vient le problème: le blocage d’Haïti… › Lire la suite

Tags: , , , , ,

“Ayiti”, du séisme à la scène

Par Gilles Arsène Tchedji

À travers sa propre histoire, le comédien haïtien Daniel Marcelin reconstruit sur scène l’histoire de son pays, aujourd’hui en ruines. À l’occasion des Récréâtrales 2010,  il a présenté au public africain sa pièce “Ayiti”, mise en scène avec Philippe Laurent.

Quartier Gounghin, Secteur 9, à Ouagadougou. Face au quartier général de campagne du Président Blaise Compaoré, une petite maison attire l’attention. Sur les murs, de petites affiches indiquent que les lieux accueilleront le soir même la pièce Ayiti, en tournée européenne depuis quelques mois. À l’intérieur de la maisonnette, on s’affaire. Xavier Simon, le régisseur du spectacle, règle les lumières et les sons, sous la supervision d’un homme qui impressionne par sa taille. Il s’appelle Daniel Marcelin. C’est lui l’auteur de la pièce.

Il est 18h30. Encore deux heures et les spectateurs seront sur place. La scène est prête. Un décor sobre y est aménagé, constitué d’une pile de bagages. Non loin de là, Daniel Marcelin se prépare, semblant évacuer le stress en chantant à tue-tête dans cette petite cour parée d’une grande toile noire. Sa voix, qui reprend mélodieusement quelques chansons vaudous, porte loin. Cherche-t-il à conjurer le mauvais sort avant le début de la soirée ? Directeur du Petit Conservatoire de Port-au Prince, Daniel Marcelin n’a guère le temps de répondre à la question, il doit rester concentrer sur le spectacle. Aimable et disponible, il consent toutefois à nous dire quelques mots sur l’origine de cette pièce. “Je me trouvais à Bruxelles le 12 janvier 2010, au moment du séisme [qui a frappé Haïti]. Je m’apprêtais à travailler sur un projet théâtral avec Philippe Laurent lorsque cet événement est survenu. J’ai alors décidé de rester pour poursuivre mon travail. Car, quand tout s’écroule, il reste la culture”, confie le comédien, sur un ton engagé, avant de se réfugier dans sa loge. › Lire la suite

Tags: , , , , ,

 

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Découvrez notre galerie photo 3D du
Festival du Théâtre des Réalités de Bamako

Dorcy Rugamba (“Bloody Niggers!”)Younouss Diallo (“Bloody Niggers!”)“Bloody Niggers!” (Dorcy Rugamba)“Bloody Niggers!” (Younouss DIallo)“Bloody Niggers!”“Bloody Niggers!” “Bloody Niggers!”L'entrée des Quartiers d'Orange“Caterpillar”

Catégories

RSS À propos du Festival des Récréâtrales

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.