macodou mbengue

Financer le théâtre en Afrique de l’Ouest : une gageure

Par Sessi Tonoukuin

À travers l’Afrique de l’Ouest d’expression francophone, plusieurs festivals de théâtre annuels ou biennaux réunissent des professionnels venus d’Afrique ou d’Occident. C’est notamment le cas du Festival “Théâtre des Réalités” (FTR), qui a tenu sa neuvième édition au Mali du 1er au 7 décembre 2008. Pourtant l’organisation de tels événements culturels dans nos contrées n’est pas une sinécure. Budgets non bouclés, ardoises de dettes, démission des pouvoirs publics reviennent comme un refrain sur les lèvres des promoteurs de tels festivals. Décryptage.

Adama Traoré, le directeur du FTR, en discussion avec Dorine Rurashitse, coordinatrice artistique d'Africalia Belgium pour l'Afrique de l'Ouest.

À la page 32 du programme de l’édition 2008 du Festival “Théâtre des Réalités” (FTR), en conclusion du paragraphe énumérant les partenaires ayant soutenu cet événement, quelques mots en lettres capitales et caractères grossis attirent l’attention du lecteur: “SANS LE SOUTIEN DU MINISTÈRE DE LA CULTURE DU MALI”. Par ce pied de nez, le fondateur et directeur artistique du FTR, Adama Traoré, entend bien relancer le débat sur le maigre soutien accordé par la plupart des gouvernements d’Afrique de l’Ouest aux manifestations culturelles, et plus précisément aux festivals de théâtre.

Interrogé par Cultur’Afrique, Adama Traoré confirme que depuis la création de son festival (neuf éditions en douze années d’existence), il n’a bénéficié d’aucun soutien financier de la part de l’État malien. “Jusqu’à aujourd’hui, le ministère de la Culture du Mali n’a jamais soutenu financièrement le Festival du Théâtre des Réalités. Pire: les salles qui lui appartiennent nous sont louées à chaque édition!”, s’indigne-t-il. Selon lui, cet état de fait déplorable persiste à cause de l’inexistence d’une véritable politique culturelle au Mali. En effet, une telle politique impliquerait la mise en œuvre de mécanismes d’aide à la création, à la diffusion et au fonctionnement de certaines structures culturelles non étatiques.

Conséquence directe de cette carence: Adama Traoré a beaucoup de mal à financer son entreprise, et cette situation suscite la méfiance des institutions bancaires: “Je n’ai pas totalement bouclé le budget du Festival et je suis déficitaire. Je crains que la relation avec ma banque, avec qui je travaille depuis la création de l’association Acte 7, en pâtisse. Cette banque a du mal aujourd’hui à me consentir des avances de trésorerie.” Calvaire! › Lire la suite

Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,

Chemins d’exil

Par Davy Philippe Koutiangba

Mis en scène par Macodou Mbengue, “Le Clan du Destin”, de la compagnie sénégalaise Les Gueules Tapées, traite de l’émigration vers l’Europe. Une pièce qui fait écho à la thématique choisie pour cette neuvième édition du Festival “Théâtre des réalités”: “Migrations et migritudes”.

“Le Ventre de l'Atlantique”, de Fatou Diome, a servi d'inspiration à la pièce de Macodou Mbengue (© DNA - Bernard Meyer)

Sur un décor imaginaire censé représenter le bord de mer, trois comédiens dont une femme investissent la scène à tour de rôle. Dans l’attente d’un passeur, ces candidats à l’émigration rencontrent un prêtre traînant un cercueil. Tout un village l’a supplié de partir à la recherche du corps d’un de ses fils, disparu après avoir caressé l’espoir de gagner l’autre rive de la Méditerranée. Le prêtre attend que la mer veuille bien rejeter ce corps, parmi tant d’autres qu’elle a engloutis. Il pourra ensuite aller le présenter aux villageois afin que ceux-ci organisent une cérémonie funéraire. › Lire la suite

Tags: , , , , , , ,

Atteindre l’autre rive

Par Dieudonné Korolakina

Dans la pièce “Le Clan du destin”, la compagnie sénégalaise Les Gueules Tapées relate le rêve ubuesque de jeunes aventuriers africains coincés sur une plage, attendant, impuissants, le salut de la traversée.

Mêlée aux brouillards de l’harmattan et du trafic polluant de la fin d’après-midi, la poussière de Bamako se dissipe. Sur la scène des Quartiers d’Orange - petit théâtre très sympathique, sis sur les hauteurs de la capitale malienne, à proximité de la zone industrielle - la compagnie des Gueules Tapées, venue du Sénégal, présente au public du Festival “Théâtre des Réalités” une adaptation de trois textes écrits par Salim Jay, Tahar Benjelloun et Fatou Diome: Tu ne traverseras pas le détroit, La Réclusion solitaire et Le Ventre de l’Atlantique. Ces trois textes portent en eux la force du rêve: atteindre l’autre rive, cet ailleurs inaccessible.

La mise en scène de Macodou Mbengue est plaisante et accessible. La pièce débute dans une obscurité envahissante. On soupçonne des présences humaines. De vagues silhouettes diffusent des éclairs fugaces de lumière, trouant le noir par intermittences. Sur la scène et dans la salle, des personnages émettent comme des cris de détresse. Surgit une mélopée, tandis que deux projecteurs latéraux balaient la scène. › Lire la suite

Tags: , , , , , , ,

La traversée ou la mort

Critique de la pièce Le Clan du destin, de Macodou Mbengue (compagnie Les Gueules tapées), représentée aux quartiers d’Orange, à Bamako, le 3 décembre.

Par Hamet Ba
(2’07”)

la-traversae-ou-la-mort

Tags: , , , , , , , ,

L’improbable traversée de la Méditerranée

Par Tony Kwami Feda
Photos: Dieudonné Korolakina

L’actualité tragique des migrants subsahariens traversant la Méditerranée à n’importe quel prix afin de rejoindre l’Europe a été portée sur la scène, hier soir, aux Quartiers d’Orange de Bamako, dans Le Clan du destin

Scène nue et étendue comme un désert, illustrant la désespérance. Bruits de mer en fond sonore, symbolisant l’envie de prendre le large. Trois jeunes gens, sac en bandoulière, semblant tout droit sortis d’un film de desperados surgissent sur la scène pour mener l’action de leur vie. La scène n’est pas courante, mais les journaux télévisés bruissent, ces derniers temps, des péripéties de ces hordes humaines traversant le Sahara pour braver, au péril de leur vie, les eaux de la Méditerranée.

L’immigration clandestine des jeunes Africains était portée, hier soir 3 décembre, sur la scène des Quartiers d’Orange par la troupe sénégalaise des Gueules Tapées. Le Clan du destin est une pièce écrite et mise en scène par le Sénégalais Macodou Mbengue. Fuyant la misère des pays du Sud en quête d’une vie meilleure, deux jeunes hommes et une jeune fille sortent du désert pour rejoindre la rive opposée de la Méditerranée, supposée être un eldorado. En l’absence du passeur, introuvable, ils passent des heures interminables à se raconter leur vie. Deux personnages font obstacle à leur projet: un garde-frontière et un prêtre traînant un cercueil. Ce prêtre est envoyé là par des villageois désireux de retrouver le corps de leur fils, mort dans l’aventure. À l’évidence, le cercueil est la métaphore des frêles embarcations qui n’arriveront jamais à bon port. › Lire la suite

Tags: , , , , , ,

 

septembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Découvrez notre galerie photo 3D du
Festival du Théâtre des Réalités de Bamako

Dorcy Rugamba (“Bloody Niggers!”)Younouss Diallo (“Bloody Niggers!”)“Bloody Niggers!” (Dorcy Rugamba)“Bloody Niggers!” (Younouss DIallo)“Bloody Niggers!”“Bloody Niggers!” “Bloody Niggers!”L'entrée des Quartiers d'Orange“Caterpillar”

Catégories

RSS À propos du Festival des Récréâtrales

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.