mali

Communiqué de presse du Fitmo / FAB

La direction du Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou / Festival des arts du Burkina (Fitmo / FAB) informe les artistes, les partenaires et tous les amis de la culture de ce qui suit :

1) La 12e édition du Fitmo / FAB, initialement prévue pour se tenir du 24 octobre au 14 novembre 2009, ne se tiendra pas à ces dates.

2) La 12e édition, qui se veut un festival de l’intégration sous-régionale, se déroulera sur trois semaines au Burkina, au Mali et au Niger.

3) Les nouvelles dates de la 12e édition du Fitmo / FAB sont les suivantes :

Burkina (Ouagadougou + villes décentralisées) : du 04 au 10 février 2010

Mali (Bamako + villes décentralisées) : du 12 au 17 février 2010

Niger (Niamey + villes décentralisées) : du 20 au 25 février 2010.

Une conférence de presse prévue fin novembre 2009 donnera des précisions sur la philosophie et les programmes de cette 12e édition du Fitmo / FAB.

Pour toute information : tél.: (00) +226 50 36 59 42

E-mail : culturedequartier@yahoo.fr

Avec le Fitmo / FAB, l’art et les artistes construisent l’intégration des peuples d’Afrique !

La Direction

Pr. Jean-Pierre GUINGANE

Tags: , , , , ,

Le Festival “Théâtre des Réalités” à l’heure du bilan

Par David Sanon
Photos: Frédéric Ilboudo

“La Geste des Étalons”

Lundi 1er décembre 2008 à 20h30, les projecteurs du Festival “Théâtre des Réalités” (FTR) s’allumaient sur la berge du fleuve Niger, à Bamako. C’est dans ce décor majestueux qu’une douzaine de cavaliers allaient offrir un formidable ballet aux nombreux spectateurs ainsi qu’aux curieux qui avaient préféré le contempler depuis le pont des Martyrs. Venu du Burkina Faso, remarquablement mis en scène par Luis Marquès et Amadou Bourou, le spectacle équestre La Geste des Étalons marquait la soirée inaugurale de la 9e édition du Festival “Théâtre des Réalités”.

Pendant une semaine, huit sites maliens allaient vibrer au rythme du Festival. Innovant à chaque édition depuis qu’il l’a initié en 1996, Adama Traoré a par ailleurs favorisé cette année une décentralisation, voire une internationalisation, du FTR. En plus des huit villes du Mali choisies pour y représenter les pièces, Bobo-Dioulasso et Ouagadougou, au Burkina Faso, ainsi que Dakar, Kaolack, Tambacounda et Thiès, au Sénégal, ont aussi accueilli certains des spectacles dans le cadre de la Caravane des Réalités. L’ambition poursuivie par Adama Traoré est de promouvoir ainsi le théâtre auprès des populations de la sous-région. Les créations qui ont suivi ce circuit par la route ont pu ainsi être vues par un grand nombre d’Africains. › Lire la suite

Tags: , , , , , ,

“Maître Harold” (extrait vidéo)

Voici un extrait vidéo de Maître Harold, d’après l’œuvre d’Athol Fugard, sur une mise en scène de Hassane Kassi Kouyaté. Présentée à Bamako à l’occasion du neuvième Festival “Théâtre des Réalités”, cette pièce a donné lieu à divers critiques et reportages sur Cultur’Afrique:
* Rencontre avec Hassane Kassi Kouyaté
* Sur un air de Quick-Step
* Rencontre avec Julien Favart
* Noirs et Blanc

http://www.dailymotion.com/videox55pxy

Tags: , , , , , , , ,

“Elf, la pompe Afrique” (extrait vidéo)

Cultur’Afrique a déjà consacré plusieurs articles à la pièce du Français Nicolas Lambert, Elf, la pompe Afrique, qui a donné lieu à une représentation aux Quartiers d’Orange, à Bamako, après avoir tourné au Sénégal puis au Mali dans le cadre de la Caravane des Réalités. Nous vous en proposons aujourd’hui un extrait vidéo diffusé sur la chaîne française indépendante Zaléa TV lors de la “Nuit contre la Francafrique”

http://www.dailymotion.com/videox2sss7

Tags: , , , , , , ,

Rencontre avec Adama Traoré

À la veille de la clôture de la neuvième édition du Festival “Théâtre des Réalités”, CulturAfrique a reçu le fondateur de ce rendez-vous désormais biennal. Homme de théâtre, citoyen engagé, le Malien Adama Traoré ne s’embarrasse pas de langue de bois: aux côtés du comédien et metteur en scène burkinabè Ildevert Méda, lors d’une émission de radio enregistrée samedi 6 décembre dans les conditions du direct, il tire le bilan de ce festival inauguré en 1996, évoque les difficultés rencontrées pour faire financer les spectacles culturels en Afrique, analyse combien le rôle des médias est important pour permettre aux créateurs africains de trouver leur public…

Émission animée par Hortense Atifufu
Réalisation: Mohamed Lamine Sawadogo
(72’15”)

Emission_Traore_Meda.mp3

Tags: , , , , , , , , , , ,

La mort dans Lam

Par Fatou Kiné Sène
Photos: Frédéric Ilboudo

Dans “L’os de Mor Lam”, dont une représentation s’est tenue jeudi 4 décembre au Centre culturel Karim Togola de Sabalibougou (Bamako), le metteur en scène burkinabè Issaka Sawadogo ne s’est pas contenté d’adapter pour le théâtre le conte du Sénégalais Birago Diop: il y a ajouté une dose de contemporanéité. Tout en restant fidèle à cette dénonciation de l’égoïsme humain, il en a actualisé le récit.

Fuyant les massacres, des villageois traversent le public pour rejoindre, sur la scène, un camp de réfugiés. Ils ont traversé les pires épreuves. Cela se lit dans leur regard, sur leurs visages recouverts de poussière ou encore sur leurs habits devenus haillons. Oumou, en commérage avec sa voisine Awa, l’épouse de Mor Lam, raconte ces horreurs. Elle parle de corps déchiquetés et compare ces massacres au partage d’un bœuf. Sur scène, une case faite de sacs de riz sert à la fois de mosquée, d’église, d’école et de maison. À côté, des huttes dressées pour délimiter l’espace, ainsi que des ustensiles de cuisine qui serviront à cuire l’os de Mor Lam. › Lire la suite

Tags: , , , ,

Rencontre avec Hassane Kassi Kouyaté

Né au Burkina Faso, Hassane Kassi Kouyaté est l’initiateur et le directeur artistique de la compagnie Deux Temps Trois Mouvements, basée à Paris. Nous l’avons rencontré à Bamako à l’occasion du Festival “Théâtre des Réalités”. Il revient pour nous sur son parcours et évoque ses projets…

Portrait réalisé par Bamadou Sanogo
Montage et mixage: Mohamed Lamine Sawadogo
(2’33”)

Portrait_Kouyate_Bamadou_Sanogo.mp3

Tags: , , , , , , , ,

Sur un air de Quick-Step

© Frédéric Ilboudo

© Frédéric Ilboudo

Harold, dit Hally ou Maître Harold, est un lycéen blanc de 17 ans. Dans l’Afrique du Sud de l’apartheid, il a grandi en compagnie de deux domestiques noirs: Sam et Willie, employés du salon de thé dont ses parents sont propriétaires. Tandis qu’Hally enseigne aux “boys” tout ce que lui-même apprend à l’école, Sam et Willie partagent en toute complicité les faits et gestes de leur vie quotidienne avec le jeune garçon. Mais l’affection qui unit Hally aux deux hommes est menacée par l’autorité qu’il détient…

Mise en scène par Hassane Kassi Kouyaté, la pièce Maître Harold a été jouée à Bamako à l’occasion du Festival “Théâtre des Réalités” 2008.

Reportage de Bamadou Sanogo
Montage et mixage: Mohamed Lamine Sawadogo
(6’18”)

Maitre_Harold_Bamadou_Sanogo.mp3

Tags: , , , , , ,

Le théâtre d’intervention sociale en Afrique

Par Dieudonné Korolakina

À l’opposé du théâtre dit d’auteur, beaucoup de compagnies en Afrique signent des satires sociales incisives et populaires, puisant leur inspiration dans le quotidien des spectateurs…

Augusto Boal

Augusto Boal

En initiant, dans les années 1960, un théâtre populaire, contestataire et social qu’il théorisera dans son livre Le Théâtre de l’opprimé (1971), le dramaturge et metteur en scène brésilien Augusto Boal ne se doutait sans doute pas qu’il ouvrait la voie à un genre théâtral à part entière, qui emprunterait moult  vocables selon les pays et les praticiens qui se l’approprieraient: “théâtre débat”, “théâtre utile”, “théâtre forum”…

Au Mali, l’un des berceaux du genre, cette pratique est connue sous le nom de “théâtre d’intervention sociale”. Figure de proue de ce genre théâtral, la compagnie Nyogolon a été créée dans la seconde moitié des années 1980 par Philippe Dechet, alors enseignant à l’Institut national des arts de Bamako. Cette troupe préfère d’ailleurs l’appellation “théâtre utile” pour rendre compte de son travail de sensibilisation qui privilégie l’aire des places publiques, des marchés, des villages et autres lieux ouverts. Les sujets évoqués par les pièces touchent directement aux réalités sociales: planning familial, accès à l’eau potable, hydraulique villageoise, scolarisation des jeunes filles, sida, protection de l’environnement… › Lire la suite

Tags: , , , , , , ,

Mort pour un os

Par David Sanon
Photos: Frédéric Ilboudo

Dans la nuit noire de Sabalibougou, charmant quartier populaire de la ville de Bamako, une longue file de personnes exténuées traverse les spectateurs pour rejoindre la scène, qui représente un camp de réfugiés. Tandis qu’ils s’installent, une ambiance festive s’empare du camp où une tente rapiécée sert à la fois d’école, d’église et de mosquée. Autour de la petite orpheline Doroto, une vendeuse de dolo, la communauté, traquée par la guerre, reprend goût à la vie.

Mise en scène par Issaka Sawadogo, la pièce est l’adaptation du conte L’os de Mor Lam, du Sénégalais Birago Diop. Ce récit dénonce des tares telles que l’égoïsme et le nombrilisme entre deux personnes tenues par des engagements sociaux antagonistes. La fraternité de case, encore appelée “bokk nbar”, est plus forte que la fraternité de sang. Circoncis sur le même mortier, les deux personnages sont obligés de se soutenir et de se rendre mutuellement secours. › Lire la suite

Tags: , , , , ,

Désir d’ailleurs

Par Frédéric Ilboudo (texte et photos)

À Bamako, le Festival “Théâtre des Réalités” a choisi pour thème central de sa neuvième édition: “Migrations et migritudes”. Une problématique qui est aussi au cœur du programme d’action de l’Association des expulsés du Mali (AEM). Jeudi 4 décembre, le professeur Harouna Barry, sociologue et conseiller à la présidence de la République du Mali, animait aux Quartiers d’Orange, l’un des centres névralgique du Festival, une conférence intitulée: “Diversité culturelle et migration”. Une occasion de démystifier, à l’intention de la jeune génération, l’illusoire désir d’ailleurs qui lui tient lieu d’horizon.

L'entrée des Quartiers d'Orange, à Bamako

L’Afrique se vide. Chaque jour que Dieu fait, sur leurs pirogues de fortune, ils sont des milliers à se fracasser le nez et à se déchiqueter la peau sur les murs et les barbelés de Ceuta et Melilla. Un phénomène qui, en Afrique de l’Ouest, inquiète.

Que peut-on faire pour interrompre l’hémorragie humaine qui voit le continent africain se vider de ses forces vives, tel un corps de son sang? Et pour ceux qui sont partis, comment vivre en symbiose dans leur pays d’accueil? Est-il possible, là-bas, de ne renier ni ses racines ni sa culture? Prévue comme une conférence, l’intervention d’Harouna Barry a surtout donné lieu à un partage d’expériences, à un échange à bâtons rompus. Durant cette discussion animée, les plus jeunes ont regardé leurs aînés droit dans les yeux. Ces derniers, forts de leur expérience et de leur vécu, leur ont transmis leur savoir. Les échanges ont interrogé le passé, balayé le présent, avant de se projeter dans l’avenir. › Lire la suite

Tags: , , , ,

Rencontre avec Julien Favart

Le comédien français Julien Favart tient le rôle d’Harold dans la pièce tirée de l’œuvre d’Athol Fugard et mise en scène par Hassane Kassi Kouyaté: “Maître Harold”. Nous l’avons rencontré au sortir de la représentation donnée à Bamako, jeudi soir 4 décembre, aux Quartiers d’Orange.

Interview réalisée par Issa Coulibaly
Montage et mixage: Mohamed Lamine Sawadogo
(1’07”)

maatre-harold_issa_coulibaly

Tags: , , , , , , ,

Noirs et Blanc

Par Tony Kwami Feda
Photos: Compagnie Deux Temps Trois Mouvements

Le metteur en scène burkinabè Hassane Kassi Kouyaté remet au goût du jour la question des divisions raciales et de l’amitié entre les peuples à l’occasion d’une présentée jeudi soir 4 décembre aux Quartiers d’Orange de Bamako: “Maître Harold”.

Port Elizabeth. L’Afrique du Sud des années dures de l’apartheid. La scène se passe au salon de thé “Le Parc Saint-George”, entre le blanc Harold, dont les parents sont propriétaires du lieu, et les deux domestiques noirs de la famille: Sam et Willie. En fond sonore, une musique d’inspiration noire: le be-bop, le jazz de Louis Armstrong, Coltrane, Duke Ellington, et le blues. Joie, gaieté, spleen et mélancolie.

Les parents d’Harold sont souvent absents. Sa mère passe son temps à courir derrière un mari qui termine ses journées dans la bouteille. Le petit Harold – “Harry” pour les domestiques – grandit à l’ombre de ces derniers, qui lui enseignent la culture et la musique noires. En contrepartie, Harry les instruit sur ce qu’il apprend à l’école. Un grand amour, une parfaite osmose, unissent les trois personnages. Mais les relations humaines évoluent et laissent parfois apparaître, derrière une apparente harmonie, un rapport de dominant à dominé. Au cours d’une altercation, Harry flanque une gifle à Sam, lequel lui rappelle qu’il a comblé l’absence d’un père irresponsable, contribuant à l’élever. › Lire la suite

Tags: , , , , , , ,

Chemins d’exil

Par Davy Philippe Koutiangba

Mis en scène par Macodou Mbengue, “Le Clan du Destin”, de la compagnie sénégalaise Les Gueules Tapées, traite de l’émigration vers l’Europe. Une pièce qui fait écho à la thématique choisie pour cette neuvième édition du Festival “Théâtre des réalités”: “Migrations et migritudes”.

“Le Ventre de l'Atlantique”, de Fatou Diome, a servi d'inspiration à la pièce de Macodou Mbengue (© DNA - Bernard Meyer)

Sur un décor imaginaire censé représenter le bord de mer, trois comédiens dont une femme investissent la scène à tour de rôle. Dans l’attente d’un passeur, ces candidats à l’émigration rencontrent un prêtre traînant un cercueil. Tout un village l’a supplié de partir à la recherche du corps d’un de ses fils, disparu après avoir caressé l’espoir de gagner l’autre rive de la Méditerranée. Le prêtre attend que la mer veuille bien rejeter ce corps, parmi tant d’autres qu’elle a engloutis. Il pourra ensuite aller le présenter aux villageois afin que ceux-ci organisent une cérémonie funéraire. › Lire la suite

Tags: , , , , , , ,

Atteindre l’autre rive

Par Dieudonné Korolakina

Dans la pièce “Le Clan du destin”, la compagnie sénégalaise Les Gueules Tapées relate le rêve ubuesque de jeunes aventuriers africains coincés sur une plage, attendant, impuissants, le salut de la traversée.

Mêlée aux brouillards de l’harmattan et du trafic polluant de la fin d’après-midi, la poussière de Bamako se dissipe. Sur la scène des Quartiers d’Orange - petit théâtre très sympathique, sis sur les hauteurs de la capitale malienne, à proximité de la zone industrielle - la compagnie des Gueules Tapées, venue du Sénégal, présente au public du Festival “Théâtre des Réalités” une adaptation de trois textes écrits par Salim Jay, Tahar Benjelloun et Fatou Diome: Tu ne traverseras pas le détroit, La Réclusion solitaire et Le Ventre de l’Atlantique. Ces trois textes portent en eux la force du rêve: atteindre l’autre rive, cet ailleurs inaccessible.

La mise en scène de Macodou Mbengue est plaisante et accessible. La pièce débute dans une obscurité envahissante. On soupçonne des présences humaines. De vagues silhouettes diffusent des éclairs fugaces de lumière, trouant le noir par intermittences. Sur la scène et dans la salle, des personnages émettent comme des cris de détresse. Surgit une mélopée, tandis que deux projecteurs latéraux balaient la scène. › Lire la suite

Tags: , , , , , , ,

En harmonie

Par Fatou Kiné Sène

À Bamako, à l’occasion du Festival “Théâtre des réalités”, le chanteur et guitariste sénégalais Seydina Insa Wade rythme les “suspensions d’audience” dans la pièce “Elf, la pompe Afrique”, de Nicolas Lambert. L’ancien contrebassiste de Rio Sextet est aussi acteur et auteur de musiques de films. Entre ces trois passions, qu’il exerce à Paris, le guitariste ne voit qu’une harmonie de l’art.

Aux Quartiers d'Orange, à Bamako, lors d'une “interruption d'audience” de la pièce de Nicolas Lambert.

En 1966, au Festival des Arts de Dakar, Seydina Insa Wade avait imposé un style controversé: le folk chanté en wolof. Depuis, il a fait voyager ses sonorités acoustiques sur la scène musicale mondiale. Dans le cadre de la Caravane des Réalités et du festival de théâtre éponyme, qui se tient à Bamako du 1er au 7 décembre 2008, l’ancien chanteur-guitariste du groupe Xalam épaule le comédien Nicolas Lambert dans le cadre de la pièce Elf, la pompe Afrique. Guitare en bandoulière, son éternel chapeau noir vissé sur la tête le musicien sénégalais joue sur scène lors des suspensions d’audience.

À travers ses notes de folk, il dénonce en wolof les relations biaisées entre la France et l’Afrique. Dans cette pièce engagée il instruit en musique le procès de la société pétrolière française, qui pompe l’or noir africain comme le moustique aspire le sang. Elf, la pompe Afrique, c’est, pour Seydina Insa Wade, la “bombe Africa”: “C’est une bombe pour le continent qui a débuté avec le Général de Gaulle, s’est poursuivie sous François Mitterrand et continue actuellement avec Nicolas Sarkozy”, constate-t-il. › Lire la suite

Tags: , , , , , , , , , , ,

Sur le chemin du désespoir

Par Balkissa Maiga
Photos: Frédéric Ilboudo

Écrite par la jeune dramaturge malienne Hawa Diallo, la pièce Caterpillar était au programme lors de la deuxième journée du Festival “Théâtre des réalités”. La mise en scène porte la griffe de Claude Yersin, l’ancien directeur du Nouveau Théâtre d’Angers. Mardi 2 décembre, le spectacle se tenait aux Quartiers d’Orange  transformé pour l’occasion en théâtre.

Sur scène, peu d’objets. Dans la cabane de fortune dressée au cœur de la scène, des bidons, une cuvette, une couverture. C’est dans cette cabane que va se conter l’histoire de la jeune Seba. Domestique dans une famille aisée de Bamako, elle a été violée et  mise enceinte par son patron.  Commence alors pour elle un long chemin de croix. Chassée de son emploi par la maîtresse de maison, elle va se lier avec deux compagnons d’infortune. Aliou, dit Caterpillar, est un Malien expulsé de France qui est rentré dans son village désargenté. Traité d’enfant maudit, il est chassé comme un chien par sa famille. Bijou, fille d’une juge qui n’est autre que l’ex-patronne de Seba, est mariée à un homme riche qui la fait passer pour sa nièce. Elle a préféré abandonner son foyer pour retrouver sa liberté. › Lire la suite

Tags: , , ,

L’acte de foi d’un comédien engagé

Par Sessi Tonoukuin

En première à Bamako, la pièce Elf, la pompe d’Afrique a été jouée mercredi 3 décembre sur les planches des Quartiers d’Orange. Ce procès de la politique néocolonialiste de la France en Afrique (la “Françafrique”), dont les textes sont tirés des propos réellement tenus en 2003 devant le tribunal parisien chargé de juger les principaux responsables de la firme pétrolière, a été mis en scène par le Français Nicolas Lambert. Une expression du théâtre documentaire sur fond d’or noir…

Le décor est simple. Un baril qui sert de pupitre au juge, au milieu d’une scène circulaire avec un présentoir de cartable. Trois portraits en couleur des présidents français De Gaulle, Mitterrand et Chirac, accrochés à un poteau noir et surmontés par une balance sur le côté jardin. Un comédien qui entre successivement dans la peau de cinq personnages. Voici l’arsenal scénographique choisi par Nicolas Lambert pour instruire à charge, condamner et enfin dénoncer la politique de domination indirecte de la France sur ses anciennes colonies d’Afrique. “Elf a été créé pour maintenir l’Algérie et les rois nègres dans l’orbite française par le biais du pétrole. Avec les Algériens, ça a capoté. Avec les rois nègres, ça se poursuit”, explique au tribunal, sans le moindre état d’âme, Loïk Le Floch-Prigent, président d’Elf de 1989 à 1993. › Lire la suite

Tags: , , , , , ,

Bloody Niggers !

L'acteur Younouss Diallo (© F. Ibouldo)

Il n’est pas si courant qu’une pièce mettant en lumière les massacres coloniaux, et en particulier les méfaits de la “Françafrique”, soit joué sur les planches d’un Centre culturel français. Aujourd’hui installé en Belgique, l’acteur d’origine sénégalaise Younouss Diallo revient, pour CulturAfrique, sur la genèse de Bloody Niggers!, une pièce écrite par Dorcy Rugamba et mise en scène par Jacques Delcuvellerie…

Interviews recueillies par Hortense Atifufu, Bamadou Sanogo, Mohamed Lamine Maiga, Hamet Ba et Issa Coulibaly
Présentation: Elymane Nikiema
Montage et mixage: Mohamed Lamine Sawadogo
(12’47”)

(12’47”)

Tags: , , , , , , , , , , ,

La traversée ou la mort

Critique de la pièce Le Clan du destin, de Macodou Mbengue (compagnie Les Gueules tapées), représentée aux quartiers d’Orange, à Bamako, le 3 décembre.

Par Hamet Ba
(2’07”)

la-traversae-ou-la-mort

Tags: , , , , , , , ,

Violation de domicile

Par Frédéric Ilboudo (Texte et photos)

Bloody Niggers! est un coup de poing porté au visage de la bonne conscience occidentale, qui pourfend tour à tour les États-Unis d’Amérique, une nation née sur le génocide des Amérindiens et qui a, plus récemment, déclenché le feu atomique contre le Japon tout en déversant des tonnes de napalm sur le Vietnam; la Belgique et son cortège de massacres dans le Congo colonial; mais aussi la France des Lumières, berceau des droits de l’homme, dont on oublie trop souvent que nombre de ses intellectuels, présentés comme des modèles d’humanisme, exprimaient un racisme caricatural.

Dans ce contexte, plus d’un observateur pouvait s’exprimer surpris d’une prise à partie aussi violente dans l’enceinte… du Centre culturel français (CCF) de Bamako! “Une telle pièce ne passerait pas dans un pays africain si les acteurs faisaient montre d’une même virulence à l’endroit de ce pays-là”, estimait un spectateur à la sortie du spectacle. › Lire la suite

Tags: , , , , , , ,

L’improbable traversée de la Méditerranée

Par Tony Kwami Feda
Photos: Dieudonné Korolakina

L’actualité tragique des migrants subsahariens traversant la Méditerranée à n’importe quel prix afin de rejoindre l’Europe a été portée sur la scène, hier soir, aux Quartiers d’Orange de Bamako, dans Le Clan du destin

Scène nue et étendue comme un désert, illustrant la désespérance. Bruits de mer en fond sonore, symbolisant l’envie de prendre le large. Trois jeunes gens, sac en bandoulière, semblant tout droit sortis d’un film de desperados surgissent sur la scène pour mener l’action de leur vie. La scène n’est pas courante, mais les journaux télévisés bruissent, ces derniers temps, des péripéties de ces hordes humaines traversant le Sahara pour braver, au péril de leur vie, les eaux de la Méditerranée.

L’immigration clandestine des jeunes Africains était portée, hier soir 3 décembre, sur la scène des Quartiers d’Orange par la troupe sénégalaise des Gueules Tapées. Le Clan du destin est une pièce écrite et mise en scène par le Sénégalais Macodou Mbengue. Fuyant la misère des pays du Sud en quête d’une vie meilleure, deux jeunes hommes et une jeune fille sortent du désert pour rejoindre la rive opposée de la Méditerranée, supposée être un eldorado. En l’absence du passeur, introuvable, ils passent des heures interminables à se raconter leur vie. Deux personnages font obstacle à leur projet: un garde-frontière et un prêtre traînant un cercueil. Ce prêtre est envoyé là par des villageois désireux de retrouver le corps de leur fils, mort dans l’aventure. À l’évidence, le cercueil est la métaphore des frêles embarcations qui n’arriveront jamais à bon port. › Lire la suite

Tags: , , , , , ,

Une gifle nécessaire

Par Frédéric Ilboudo (Texte et photos)

Les premières représentations en Afrique de l’Ouest de Bloody Niggers! ont eu lieu les 1er et 2 décembre 2008 au Centre culturel français de Bamako, dans le cadre du festival “Théâtre des Réalités”. Servi par deux comédiens talentueux, Dorcy Rugamba et Younouss Diallo, ce spectacle hybride intégrant la vidéo et la musique bouscule les idées reçues ainsi que les conventions théâtrales…

Une scène ouverte. Sur fond d’écran, en arrière-plan, un visage momifié. Des baffles “retour” et trois micros rappellent une scène de concert. À leurs pieds, une tête noire et barbue. Un mortier et un pilon trônent au premier plan. C’est le décor de Bloody Niggers, dont la scénographie sobre et dépouillée fait voyager le spectateur dans l’imaginaire, chapitre après chapitre.

Au fil des minutes, le jeu tranche avec ce décor épuré. Pendant une heure et demie, trois acteurs – Dorcy Rugamba, Younouss Diallo et Philippe Toussaint – embarquent le public dans un cours d’histoire qui égrène les atrocités coloniales commises par “cette civilisation chrétienne qui depuis Constantin Ier n’a jamais voulu côtoyer qu’elle-même et elle seule dans le monde”, pour finir par interpeler chacun sur sa propre responsabilité dans la marche chaotique du monde et son cortège de crimes contre l’humanité. › Lire la suite

Tags: , , , , , , , ,

Le théâtre de la parole

Dorcy Rugamba

Dorcy Rugamba

Retour sur le spectacle Bloody Niggers, de Dorcy Rugamba, mise en scène de Jacques Delcuvellerie, adaptation de Younouss Diallo.

Par Hortense Atifufu
(10’32”)

(fichier mp3, 10’32”)

Tags: , , , , , , , , , ,

Rencontre avec Luis Marquès

Luis Marquès

Luis Marquès

Metteur en scène, avec Amadou Bourou, de La Geste des étalons, Luis Marquès réside et travaille en Afrique de l’Ouest depuis de nombreuses années. Il revient en détails sur ce spectacle équestre qui met en valeur l’histoire et les traditions sahéliennes…

Interviews réalisées par Issa Coulibaly, Mohamed Lamine Maiga, Hortense Atifufu, Elymane Nykiema et Hamet Ba
Présentation: Bamadou Sanogo
Montage et mixage: Mohamed Lamine Sawadogo
(14’48”)

(fichier mp3, 14’48”)

Tags: , , , , , , ,

 

septembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Découvrez notre galerie photo 3D du
Festival du Théâtre des Réalités de Bamako

Dorcy Rugamba (“Bloody Niggers!”)Younouss Diallo (“Bloody Niggers!”)“Bloody Niggers!” (Dorcy Rugamba)“Bloody Niggers!” (Younouss DIallo)“Bloody Niggers!”“Bloody Niggers!” “Bloody Niggers!”L'entrée des Quartiers d'Orange“Caterpillar”

Catégories

RSS À propos du Festival des Récréâtrales

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.