musique

EDITO: Théâtre et Musique, un mélange de genre dangereux ?

On savait déjà que le théâtre était le carrefour des arts en ce sens qu’il peut faire appel à la plupart de ceux-ci. Mais la 8è édition des Récréâtrales aura permis de constater la liberté que s’est donnée la majorité des metteurs en scène en ce qui concerne la musique.

Que ce soit dans « l’Odeur des arbres » d’Isabelle Pousseur ou « la Malice des hommes » de Paul Zoungranapour ne citer que ces spectacles, on s’interroge forcément sur la nécessité de cette présence systématique de la musique.

Pour la réussite du jeu ? De l’avis de certains, c’est une piste à explorer pour comprendre cette intrusion. La musique ferait partie intégrante de la mise en scène. Elle permettrait de rendre fluide le jeu et de faciliter ainsi la compréhension du spectacle. Elle révèlerait enfin la pluralité des talents de comédiens.

Mais l’utilisation abusive de la musique ne sert plus le théâtre. Comme ce fut le cas de certaines représentations lors de cette édition des Récréâtrales. On voit clairement que la musique sert surtout à cacher ou minimiser les tares de certains acteurs sur scène. Et c’est là qu’il revient à s’interroger sur l’innocence de la présence de la musique au théâtre. Est-ce finalement une échappatoire pour les metteurs en scène et comédiens en manque de créativité ?

Certes, l’absence de la musique dans certains spectacles laisserait ces derniers sans goût mais une présence trop accrue les desservirait tout autant. Le juste milieu devra être trouvé pour que la musique ne serve pas de béquille à des mises en scène claudicantes.

Eustache Agboton ( Bénin)

Tags: , , , ,

Egblé Makou : le quatuor qui fait feu de tout bois

Par David Sanon

Ce jeudi 18 décembre 2008, c’est la compagnie Fabre-Sènou que recevait le CCF-GM dans le cadre de “Dialogues de corps”, pour sa création intitulée Egblé Makou. À voir le décor sur scène, on se serait cru à un concert. Côté jardin, une guitare acoustique, une cymbale sur pieds et une autre suspendue au toit; ainsi que deux caisses sous forme d’enceintes acoustiques. Côté cour, une flûte traversière, un xylophone et une troisième caisse.

Comme piqués par le même insecte, trois des quatre danseurs, précédemment assis sur les caisses, exécutent des pas effrénés de danses africaines sur les belles notes de la guitare très occidentale du quatrième. Tout cela semble bien insolite, mais le résultat est d’une grande beauté. La musique n’a vraiment pas de frontières! › Lire la suite

Tags: , , ,

En harmonie

Par Fatou Kiné Sène

À Bamako, à l’occasion du Festival “Théâtre des réalités”, le chanteur et guitariste sénégalais Seydina Insa Wade rythme les “suspensions d’audience” dans la pièce “Elf, la pompe Afrique”, de Nicolas Lambert. L’ancien contrebassiste de Rio Sextet est aussi acteur et auteur de musiques de films. Entre ces trois passions, qu’il exerce à Paris, le guitariste ne voit qu’une harmonie de l’art.

Aux Quartiers d'Orange, à Bamako, lors d'une “interruption d'audience” de la pièce de Nicolas Lambert.

En 1966, au Festival des Arts de Dakar, Seydina Insa Wade avait imposé un style controversé: le folk chanté en wolof. Depuis, il a fait voyager ses sonorités acoustiques sur la scène musicale mondiale. Dans le cadre de la Caravane des Réalités et du festival de théâtre éponyme, qui se tient à Bamako du 1er au 7 décembre 2008, l’ancien chanteur-guitariste du groupe Xalam épaule le comédien Nicolas Lambert dans le cadre de la pièce Elf, la pompe Afrique. Guitare en bandoulière, son éternel chapeau noir vissé sur la tête le musicien sénégalais joue sur scène lors des suspensions d’audience.

À travers ses notes de folk, il dénonce en wolof les relations biaisées entre la France et l’Afrique. Dans cette pièce engagée il instruit en musique le procès de la société pétrolière française, qui pompe l’or noir africain comme le moustique aspire le sang. Elf, la pompe Afrique, c’est, pour Seydina Insa Wade, la “bombe Africa”: “C’est une bombe pour le continent qui a débuté avec le Général de Gaulle, s’est poursuivie sous François Mitterrand et continue actuellement avec Nicolas Sarkozy”, constate-t-il. › Lire la suite

Tags: , , , , , , , , , , ,

 

juillet 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Découvrez notre galerie photo 3D du
Festival du Théâtre des Réalités de Bamako

Dorcy Rugamba (“Bloody Niggers!”)Younouss Diallo (“Bloody Niggers!”)“Bloody Niggers!” (Dorcy Rugamba)“Bloody Niggers!” (Younouss DIallo)“Bloody Niggers!”“Bloody Niggers!” “Bloody Niggers!”L'entrée des Quartiers d'Orange“Caterpillar”

Catégories

RSS À propos du Festival des Récréâtrales

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.