prosper kompaoré

Du théâtre dans le théâtre

Il arrive que le théâtre se mette lui-même en scène. Aux Récréâtrales 2012, deux pièces ont ainsi recours à la mise en abime.

Martin Ambara.

Martin Ambara.

Dans la pièce Al Moustapha, des comédiens montent sur scène dans l’intention d’interpréter Le Prophète, de Khalil Gibran. Mais le personnage principal abandonne le texte initialement prévu pour lui substituer une autre partition. Une parabole satirique qui permet d’évoquer les relations parfois tumultueuses entre comédiens et metteurs en scène. “J’aime casser les codes. C’est mon style, je n’y peux rien”, se justifie le metteur en scène Martin Ambara.

À l’Institut français de Ouagadougou, Dandin in Afrika offre une autre illustration de la mise en abime. Des comédiens africains attendent leur metteur en scène européen pour entamer la répétition de Georges Dandin, de Molière. Mais à l’heure de commencer la répétition, une grande discussion s’amorce. Entre les préjugés du Nord et les réalités du Sud, le cocktail s’avère plus épicé que du gingembre, ancré sur la relation ambivalente qui lie depuis les indépendances descendants de colonisateurs et de colonisés.

"Dandin in Afrika".

"Dandin in Afrika".

La mise en abime est un procédé consistant à représenter une oeuvre dans une oeuvre du même type. Au théâtre, elle peut fonctionner ainsi : à l’intérieur de la pièce de théâtre A est jouée une autre pièce de théâtre B, une sorte de fragment en miniature qui fonctionne comme un miroir : c’est du théâtre dans le théâtre. Selon Luca Fusi, metteur en scène et comédien italien qui vit au Burkina-Faso, la mise en scène du niveau 3 qu’est la mise en scène personnalisée permet cela. “C’est une option de mise en scène dans laquelle le metteur en scène investit dans son travail sa lecture personnelle de la pièce et de son activité d’homme de théâtre”, explique-t-il.

Dans un cours de mise en scène le professeur Prosper Kompaoré note que “la mise en scène personnalisée recherche des images métaphorique renfermant la portée essentielle de l’oeuvre. Ce travail de métaphorisation peut se faire à partir d’un ensemble de signes scéniques ou d’élément de détail : diction, lumières, couleurs, mouvement, attitudes ou gestuelles des acteurs, costumes, masques, décors, ou autres effets scéniques.”

Ildevrt Meda.

Ildevert Meda.

Pour Martin Ambara, qui assume pleinement son parti-pris artistique, “le théâtre peut tout intégrer aujourd’hui. Et moi je suis du genre à faire du théâtre de tout, donc j’explore toutes les possibilités qui me sont offertes. Cette méthode n’a pas commencé avec moi. Depuis l’époque antique, nombre d’auteurs et de metteurs en scène ont eu à expérimenter cette technique.” À l’inverse, le metteur en scène burkinabè Ildevert Méda se montre circonspect devant ce procédé. “Une pièce doit garder son originalité et sa texture première. Ce mélange des genres tue petit à petit le théâtre et cela ne me plaît pas trop.”

Hervé Hessou

Tags: , , , , ,

Artistes et intellectuels, l’union sacrée

Par Kpénahi Traoré

Le 3e Forum des artistes et des intellectuels se tenait mercredi 10 novembre 2010 à Ouagadougou, en marge des Récréâtrales. Deux panels ont animé cette rencontre réunissant les acteurs du monde culturel et intellectuel. Co-organisé par le Mouvement des artistes et des intellectuels du Burkina et la Coalition africaine pour la culture, ce forum avait pour thème “Les conditions de la création culturelle et la question de la transmission en Afrique”.

L’artiste est perpétuellement à la recherche d’inspiration pour donner corps à sa créativité et faire naître de son imagination les idées les plus “folles” dans la création artistique. Comme l’artiste, l’intellectuel mène une réflexion permanente qu’on pourrait considérer comme une forme de création. “Ce qui réunit les intellectuels et les artistes, c’est la faculté de créativité”, confirme Étienne Minoungou, directeur des Récréâtrales. Ce point de rencontre entre artistes et intellectuels a conduit les uns et les autres à unir leurs forces pour mener des initiatives communes et décider de leur devenir. › Lire la suite

Tags: , , , , , , , ,

Le théâtre d’intervention sociale en Afrique

Par Dieudonné Korolakina

À l’opposé du théâtre dit d’auteur, beaucoup de compagnies en Afrique signent des satires sociales incisives et populaires, puisant leur inspiration dans le quotidien des spectateurs…

Augusto Boal

Augusto Boal

En initiant, dans les années 1960, un théâtre populaire, contestataire et social qu’il théorisera dans son livre Le Théâtre de l’opprimé (1971), le dramaturge et metteur en scène brésilien Augusto Boal ne se doutait sans doute pas qu’il ouvrait la voie à un genre théâtral à part entière, qui emprunterait moult  vocables selon les pays et les praticiens qui se l’approprieraient: “théâtre débat”, “théâtre utile”, “théâtre forum”…

Au Mali, l’un des berceaux du genre, cette pratique est connue sous le nom de “théâtre d’intervention sociale”. Figure de proue de ce genre théâtral, la compagnie Nyogolon a été créée dans la seconde moitié des années 1980 par Philippe Dechet, alors enseignant à l’Institut national des arts de Bamako. Cette troupe préfère d’ailleurs l’appellation “théâtre utile” pour rendre compte de son travail de sensibilisation qui privilégie l’aire des places publiques, des marchés, des villages et autres lieux ouverts. Les sujets évoqués par les pièces touchent directement aux réalités sociales: planning familial, accès à l’eau potable, hydraulique villageoise, scolarisation des jeunes filles, sida, protection de l’environnement… › Lire la suite

Tags: , , , , , , ,

 

avril 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  
Découvrez notre galerie photo 3D du
Festival du Théâtre des Réalités de Bamako

Dorcy Rugamba (“Bloody Niggers!”)Younouss Diallo (“Bloody Niggers!”)“Bloody Niggers!” (Dorcy Rugamba)“Bloody Niggers!” (Younouss DIallo)“Bloody Niggers!”“Bloody Niggers!” “Bloody Niggers!”L'entrée des Quartiers d'Orange“Caterpillar”

Catégories

RSS À propos du Festival des Récréâtrales

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.